L’Union Démocratique Bretonne a son idée sur la refonte des collectivités

Publié le par Rémi BEAUTO

16/10/2008

L’Union Démocratique Bretonne a son idée sur la refonte des collectivités

POLITIQUES - A l’heure où la réforme des collectivités territoriales, avec l’éventuelle fusion des départements et des régions, est devenue un sujet brûlant, l’Union Démocratique Bretonne (UDB) rappelle que “depuis 1999”, elle propose “un projet de réorganisation des collectivités à même de répondre aux enjeux du XXIe siècle”. Cette proposition s’avère relativement simple: transformer “six régions administratives faibles et illisibles” en “quatre régions fortes, à l’identité affirmée et équilibrées du point de vue démographique”.

Ainsi, faisant table rase de ce qui existe actuellement, l’UDB préconise la création d’une “Bretagne réunifiée”, c’est à dire récupérant la Loire-Atlantique, motif pour lequel ont encore défilé 10 000 bretons à Nantes le 20 septembre dernier, mais aussi la fusion entre Basse et Haute Normandie, également un vieux serpent de mer. Pour le reste, la formation régionaliste bretonne suggère une région Vendée-Poitou-Charentes “conforme à l’héritage culturel de ces territoires, la Vendée correspondant au Bas-Poitou”, précise t-elle et une nouvelle région Val de Loire “construite autour d’un axe Anjou-Touraine et déjà reconnue au patrimoine mondial de l’Unesco”, souligne t-elle, évoquant les somptueux chateaux qui jalonent ces contrées.
Si l’UDB défend une simplication assez radicale de la carte des Régions, plutôt séduisante sur le papier même si sa réalisation pourrait s’avérer plus compliquée, elle défend en revanche l’existence des “Pays”, entité intermédiaire entre l’agglomération et le département.
“En Bretagne, mais aussi en Alsace et en Savoie, les Pays ont une assise culturelle et sociale réelle”, estime l’UDB, qui voit là “la bonne échelle pour rapprocher l’urbain et le rural”.

L’Union Démocratique Bretonne souhaiterait au bout du compte ne conserver que trois collectivités: la commune, le Pays, qui se substituerait aux intercommunalités, et la Région, les compétences des conseils généraux étant réparties entre ces deux dernières entités. Les élus régionalistes seront t-ils entendus par Nicolas Sarkozy, Jean-François Copé et l’UMP qui, selon eux, veulent “imposer leur réforme, taillée sur mesure pour garantir au maximum le pouvoir à la droite”?

Toujours est-il que leurs idées, pour audacieuses qu’elles puissent paraître, devraient utilement alimenter le débat.
Pierre-Henri ALLAIN

Publié dans INFORMATIONS

Commenter cet article