Attentats de 2000 en Bretagne : il n'y a plus de procès

Publié le par Rémi BEAUTO


Daniel Fouray
Les prévenus : Pascal Laizé, Kristian Georgeault et Gaël Roblin (de gauche à droite). Photo : Daniel Fouray

Au terme d'une matinée de délibérations, la Cour d'assises spéciale de Paris vient de rendre sa décision. Elle juge fondée la demande d'annulation du procès formulée hier en début d'audience par les avocats des trois accusés bretons. Les débats s'arrêtent donc là.

Leur procès avait démarré lundi dernier, mais il est déjà terminé. La demande d’annulation du procès, formulée par les avocats de la défense, ayant été accordée par la juge, Gaël Roblin, Christian Georgeault et Pascal Laizé ne seront pas jugés.

Ils étaient rejugés en appel pour complicité dans les attentats contre le McDo de Pornic, la tentative contre le centre postal de Rennes et celui contre le McDo de Quévert, qui avait entraîné la mort d'une jeune femme Laurence Turbec, en avril 2000.

Leurs avocats avaient estimé être en face d'un « objet judiciaire non identifié ». « La loi, qui autorise le procureur général à faire appel contre des acquittements, date de 2002. Or, les faits remontent à 2000. Le parquet ne pouvait donc pas faire appel », estimait Me Choucq.

Son collègue, Me Lorvellec avait ajouté : « La chambre criminelle de la cour de cassation n'a pas pris ses responsabilités. On vous a renvoyé le bébé et les 84 tomes du dossier avec ! Car, en appel, c'est l'ensemble du dossier qui doit être mis votre disposition. Or là, on saucissonne la procédure. C'est un appel partiel, ce qui est invraisemblable. »

OF 19/11/2008

Publié dans INFORMATIONS

Commenter cet article