La Poste entend éradiquer le breton dans les communes

Publié le par Rémi BEAUTO

La Poste. Des adresses françaises plutôt que bretonnes


Ne vous laissez pas faire :


La Poste est en pleine réorganisation du tri du courrier.
Des nouvelles machines sont en cours d’installation dans des centres départementaux
pour la préparation de la tournée des facteurs.

Les plis seront bientôt classés automatiquement selon l’itinéraire du facteur qui n’aura plus à organiser lui-même sa tournée. Mais pour cela, il faudra que sur les lettres, l’adressage soit amélioré dans le sens d’une meilleure lisibilité et d’une plus grande précision, afin que la machine dirige les lettres au bon endroit. Or, deux difficultés se présentent en Bretagne : les hameaux et l’orthographe des noms de lieux exprimés en breton. Hier, à Vannes, Yves Amiard, directeur du courrier pour l’Ouest Bretagne, zone qui comprend le Morbihan et le Finistère, a indiqué que La Poste incite les communes à donner noms de rues et numéros d’habitation aux villages qui n’en ont pas et qu’elle recommande de choisir plutôt le français que le breton pour les dénominations.
Un problème avec les apostrophes
Les machines de tri ont, en effet, quelques difficultés avec la langue bretonne. « Les apostrophes perturbent la lecture optique », indique Yves Amiard. « Ce n’est pas la langue bretonne qui nous gêne, mais ces apostrophes », précise-t-il. Une recommandation de nature à soulever quelques protestations dans la région. « Les protestations que nous voulons surtout éviter, dit Yves Amiard, ce sont celles de clients qui reçoivent mal leur courrier ».

Inadmissible
Je vous signale Messieurs les Français
que tous les noms avec des é, des è, des ç, des ù, des à
perterbent très sérieusement tout les tris.
Sans parler des D' et l'

Il va falloir éradiquer beaucoup de noms ....



Christian GUYONVARC'H n' plus le droit de s'appeler par son nom ?
Un bon exemple et il réagit d'ailleurs, voici son communiqué :



La direction de la Poste prétend éradiquer la langue bretonne : non, les Bretons ne sont pas des « indiens » du Far-West !

Au prétexte d'une réorganisation technique du tri postal la direction de la Poste vient de prendre, par l'entremise de son directeur du courrier pour l'ouest Bretagne Yves Amiard, une initiative des plus choquantes en appelant les communes bretonnes à ne plus utiliser la langue bretonne dans la dénomination des rues et autres lieux-dits.

L'oukase de la direction de la Poste constitue une violation intolérable des libertés individuelles et collectives des Bretons. Il est en contradiction flagrante avec la récente révision de la Constitution française qui a donné une première reconnaissance aux langues régionales ainsi qu'avec la convention de l'Unesco sur la protection du patrimoine immatériel, pourtant signée et ratifiée par la France en 2006, et plusieurs résolutions du Conseil de l'Europe qui est le garant du respect des droits de l'homme sur notre continent.

En prétendant imposer aux communes bretonnes une toponymie exclusivement en français la direction de la Poste se comporte non pas comme un établissement au service du public mais comme un organe totalitaire. Et qu'en sera-t-il des familles de Bretagne qui portent dans leur nom ce c'h que la Poste prétend éradiquer? Va-t-elle les priver du service postal? Vont-ils devoir changer de nom?

J'entends porter cette initiative inacceptable de la direction de la Poste devant le Conseil régional de Bretagne afin que celui-ci puisse engager les démarches nécessaires tant au niveau national qu'international.

Les Bretons ont le droit d'être ce qu'ils sont. Qu'on leur fiche la paix.



Christian GUYONVARC'H

vice-président du Conseil régional de Bretagne chargé des affaires européennes et internationales

besprezidant Kuzul-rannvro Breizh e karg eus an aferioù europad hag etrevroadel ■





Publié dans CULTURE

Commenter cet article

LE BELLEC Kristof 10/03/2009 20:12

Je suis d'accord avec vous et tiens à pouvoir continuer à écrire mes adresses en BRETON avec les noms de mes amis en BRETON ou recevoir des lettres libellée en OCCITAN ou autre si cela plait à mon interlocuteur...

Que la 'Poste' continue dans cette logique et bientôt nous ne porterons plus qu'un numéro.
C'est plus facile et plus rentable.

Cher Monsieur Guyonvarc'h, je devrai alors vous écrire sous le numéro 111111111111 (cpam ?) vous me répondrez sous le N° 1590456121049
mais que seront nous ?...

NOTRE DIVERSITE NOUS ENRICHIT.
NOTRE UNIFORMITE NOUS APPAUVRIT.

N'EN DEPLAISE AUX OVOCEPHALES, JE CONTINUERAI A ECRIRE MES ADRESSES EN BRETON ET VOTRE NOM AVEC UN C'H.

Et en plus ça protège le travail du facteur...)

Herve Prat 22/01/2009 20:37

Rappelez-vous: "pour l'unité linguistique de la France, la langue bretonne doit disparaître" (Anatole de Monzie). Toujours d'actualité.
Il s'agit aussi d'une véritable atteinte à l'identité par dépersonnalisation de la toponymie, déjà bien malmenée (Kersauce, Kerbiquette, Ville-au-Traître, Toussaines, Penfeld -avec un D, bitte schön-, et j'en passe...). Tous ces noms ne veulent plus rien dire, évidemment.
Ensuite, on s'attaque aux patronymes. Même l'Amiral Ronarc'h doit se retourner dans sa tombe!
C'est digne d'un Etat totalitaire, tout simplement.
Bevet Breizh.

meunir 19/01/2009 20:09

coïncidence? il paraît qu'aujourd'hui c'est la journée de la diversité...
Les machines ont "bon dos": elles font ce qu'on leur dit de faire; les nombreux facteurs non bretonnants savent lire les adresses. Il suffit d'apprendre à lire aux machines puisqu'elles sont plus performantes que les humains.
La très démocratique U.R.S.S. avait russiffié les noms des villes !...
Mr Amiard ne sait sans doute pas qu'il est dans le seul département français portant un nom en langue régionale. Essayez de lui écrire à Vannes, Petite Mer.
S'il veut franciser toutes les adresses, il va falloir passer par le Pays Basque, la Corse , l'Alsace etc. C'est quoi un nom français? Durand ou Amiard ? Varades ou Varaire. Si on ne donne plus que des noms français, il ne faudra pas mettre des noms de Bretons, on pourra se rabattre sur les oiseaux et la Poste se plaindra d'avoir 4 ou 5 rue des Hirondelles dans les communes d'un même code postal...
Pourtant, il s'appelle Yves, ce Monsieur...