Aurore MARTIN - Intervention de François ALFONSI

Publié le par Rémi BEAUTO

 


Intervention de François ALFONSI

Biographie

Rédigé le Mercredi 8 Août 2012

Biographie

Né en 1953 à Aiacciu, je suis ingénieur de formation. Après avoir débuté ma carrière dans l'enseignement, en tant que professeur de mathématiques, j'ai travaillé à l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) jusqu’en 2009.

Maire du village d’Osani, en Corse, depuis 2002, j'ai été élu député européen en 2009 sur la liste d’Europe Ecologie - Les Verts, dans la circonscription du Sud-Est, en tant que membre de l’Alliance libre européenne (ALE) et de la Fédération Régions et Peuples Solidaires (R&PS).

Militant nationaliste, progressiste et autonomiste, j'ai milité contre l’implantation de la centrale au fioul lourd du Vaziu et je suis entré à l’Union du peuple corse (UPC) en 1983. C’est sous cette étiquette que j'ai été élu conseiller territorial à l’Assemblée de Corse de 1987 à 1998.

En 2002, j'ai participé à la création du Parti de la nation corse (PNC), dont je suis aujourd’hui porte-parole.


en plénière le 19novembre relative à l’application du MAE et au cas d’Aurore MARTIN


"Le Parlement européen doit se saisir d’événements qui ont eu lieu entre la France et l’Espagne, mais qui concernent la démocratie européenne dans son ensemble.

Aurore Martin est une militante politique basque de nationalité française, résidant en France, contre qui l’Espagne a lancé un mandat d’arrêt européen pour des infractions liées à son appartenance au mouvement Batasuna, mouvement interdit en Espagne en raison de ses liens supposés avec ETA. A ce titre les activités d’Aurore Martin ont été jugées comme en lien avec une organisation terroriste et sont passibles de lourdes peines en Espagne.

Or Batasuna est un parti qui est autorisé en France, et les mêmes activités d’Aurore Martin y sont tout à fait légales.

Madame Aurore Martin a été récemment arrêtée par la police française. Elle a été remise immédiatement à la police espagnole.

Comment admettre que l’Union européenne dont la vocation est d’améliorer les libertés des citoyens européens, laisse détourner la procédure du M. A. E. pour arriver à niveler par le bas les libertés politiques en Europe ?

Comment admettre que l’Espagne et la France, en agissant de la sorte, mettent en péril le processus de paix actuellement à l’œuvre au Pays basque ?"

 

François Alfonsi

Publié dans INTERNATIONAL

Commenter cet article