Et si Radio France était installée à Strasbourg pour sortir du huis clos à Paris ?

Publié le par Rémi BEAUTO

Vu sur Internet

Huis clos sur le net (1) : et si Radio France était installée à Strasbourg pour sortir du huis clos à Paris ?

Phrase récurrente dans les résultats de foot sur Radio France : « Marseille a battu X, Lorient a battu Y et PSG est allé perdre à Z . »

On ne dit pas que Z a gagné,
car bien sûr, même perdant, le club parisien doit rester le sujet du verbe.
 
Cette remarque footballistique vise à introduire l’idée que où qu’il soit, un journaliste parle d’où il se trouve.
Ceci est d’autant plus important qu’il y a un an, à l’orée de la campagne des européennes, nombre de média se désolaient du manque d’intérêt des Français pour les affaires du Parlement de Strasbourg. Quelques journalistes consciencieux pointaient le fait que eux même n’en parlaient pas assez.
 
Mais voilà, aujourd’hui, ces scrupules semblent envolés. Certes, quelques émissions évoquent les affaires européennes. Mais dans les journaux d’informations, la politique parlementaire reste traitée sous l’angle des escarmouches et des petites phrases de l’assemblée nationale. Pas vraiment de focus sur les débats du Parlement européen, dont on sait pourtant qu’ils ont un rôle majeur sur les textes qui seront débattus plus tard en France. Et aux prochaines élections, on s’étonnera encore du peu de connaissance des citoyens du rôle du parlement européen.
Parlons de l’action des députés européens, ils sont entrés en fonction, on a le droit de connaître leur travail et leur débat.
 
Mais peut-être que si Radio France se trouvait à Strasbourg en serait-il autrement. J’en veux pour preuve que pour les élections régionales à venir, on a entendu sur les antennes de Radio France depuis de nombreux mois beaucoup de chose sur les listes d’Ile-de-France. Ainsi, entre autres exemple, la primaire entre Valérie Pécresse et Roger Karoutchi a fait l’objet de nombreux sujets. Qui sait en écoutant vos ondes que la Bretagne est le théâtre d’un affrontement du même ordre entre la sarkozyste Bernadette Malgorn et le villepiniste Jacques le Guen ? Les auditeurs des antennes de France Bleu me direz-vous. Mauvaise réponse, sans quoi la primaire d’Ile-de-France aurait été traitée de même, cantonnée sur la locale.
On retrouve là le phénomène du Vélib, qui a décollé quand Paris s’y est mis et que donc les médias à résonance française en ont parlé. Alors que le système existait depuis 25 ans à La Rochelle et 10 ans à Rennes sans que la presse s’agite.
 
En Bretagne, pas d’ego Royal, pas de polémique raciste à la fraîche, surtout pas de concentration de grands médias audio-visuels qui n’ont que 6 rues à faire pour trouver une petite phrase.
Pourtant, la division du parti communiste sur deux listes, le retour d’un ancien membre de gouvernement à la tête d’Europe écologie, la participation des autonomistes à ce rassemblement, la composition d’une liste UMP autour d’une ancienne préfète, d’une fils d’un autre préfet Claude Guéant et d’un assistant de François Fillon dans une logique népotiste contestée par les cadres locaux, ce sont autant de sujets qui méritent qu’on s’y arrête autant que la multiplication des ralliements à EE à Paris, que les faits de campagne de mme Pécresse ou que les turpitudes de mr Huchon.
 
Huis clos sur le net, c’est amusant. Mais parfois, on aurait envie que d’autres journalistes que Bernard Guetta et Quentin Dickinson, qui n’ont pas ce travers, sortent du huis clos de Paris
 
Chiche, un mois de France Info à Strasbourg, et on verrait sûrement l’Europe et les régions, au moins l’Alsace, traitées plus régulièrement dans les bulletins d’infos pour des sujets de fond.
Et alors, je me plaindrais sûrement d’entendre que Strasbourg est allé perdre au Parc des Princes….

Yann SYZ
 
(1) Référence à une opération des radios publiques francophones cette semaine. Le principe : des journalistes composent des « unes » avec comme seules sources leurs réseaux sur Facebook et Twitter.

Publié dans INFORMATIONS

Commenter cet article