France / Féroé : Le « Gwenn ha du » interdit de stade

Publié le par Rémi BEAUTO


Communiqué de l'UDB : Le « Gwenn ha du » interdit de stade


Le match de coupe du monde France-Îles Féroé a été décentralisé et joué à Guingamp en Bretagne.

L’UDB remercie les initiateurs de ce choix qui permettait à la Bretagne, terre de football, d’accueillir une épreuve de dimension internationale, et aux Bretons de faire preuve une fois encore de leur esprit sportif et de leur fair-play.


Cependant, l’UDB dénonce les mesures dont ont été victimes de nombreux supporters venus soutenir l’équipe de France : les drapeaux bretons étaient confisqués aux entrées, voire dans les tribunes où les vigiles arrivaient à trois pour délester, d’une manière musclée, les porteurs de drapeaux de leur « gwenn ha du ». De nombreuses personnes témoignent et ne comprennent pas.


L’UDB non plus ne comprend pas et ce d’autant moins que les supporters bretons ont toujours su montrer, en particulier lors de la finale de la Coupe, au Stade de France, le véritable visage du sport, celui de la tolérance, du respect de l’adversaire, du plaisir partagé.


Alors : pourquoi cet interdit à l’encontre de l’emblème de la Bretagne ? Le « gwenn ha du » qui figure désormais sur les plaques d’immatriculation, doit-on le rappeler, ne rentre dans aucune des catégories d’objets et de symboles dont le Code et le Règlement de la FFF interdit l’introduction sur les stades.


L’UDB attend les explications de la FFF et de l’État, coresponsables de l’organisation de ce match de coupe du monde : d’où sont venus les ordres ? du ministère de l’ Intérieur ? de l’Élysée ? On sait le contentieux qui existe entre le chef de l’État et les Bretons.


Les Bretons qui respectent les symboles de la République, attendent en retour le respect de leurs propres symboles. L’UDB soutient les supporters qui protestent contre la confiscation arbitraire de leur « gwenn ha du », véritable acte de discrimination.


Pour l’Union démocratique bretonne, La porte-parole Mona Bras

Publié dans SPORTS

Commenter cet article