Projet de loi sur la métropolisation

Publié le par Rémi BEAUTO

 

aepb edab

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Appel

aux élus de Bretagne


 

Pour une décentralisation solidaire en Bretagne

qui conforte le lien communes – région

 

Nous, élu-e-s de communes bretonnes, grandes ou petites, du littoral ou de l'intérieur, voulons interpeller le législateur et la population sur les conséquences pour la Bretagne du projet de loi sur la métropolisation en débat devant le Parlement depuis quelques jours.

Dans un territoire comme la Bretagne, soumis au double handicap structurel de la périphéricité et de la péninsularité (plus de 300 km entre la pointe occidentale et Vitré), la dimension régionale des politiques est une des conditions majeures d'un accès équitable aux infrastructures et aux services sans lesquels aucun développement territorial n'est possible: transport, numérique, énergie, santé, éducation, formation.

Soustraire certaines collectivités de Bretagne, qui plus est les mieux dotées en ressources financières et en compétences humaines, aux politiques régionales et au principe de solidarité qu'elles impliquent, c'est prendre le chemin d'une fracture territoriale irréversible. Nous ne pouvons l'admettre.

Depuis trente ans la Région est devenue un partenaire financier incontournable de nos communes et des intercommunalités qu’elles forment pour l'amélioration du cadre de vie: aménagement urbain, équipements publics, services innovants, projets économiques. Ce partenariat s'est progressivement inscrit dans une logique de contractualisation qui a fait sa place à la péréquation afin que les territoires bretons les moins riches soient davantage aidés. Avec la métropolisation, engagée sous la présidence de Nicolas Sarkozy et aujourd'hui confirmée, c'est cette philosophie du « à chacun selon ses besoins » qui est remise en cause.

Aujourd'hui nous assistons au spectacle navrant d'une agglomération brestoise qui, soucieuse à juste titre de son rôle de pôle d'équilibre régional à l'ouest de la Bretagne, est obligée de se débattre pour ne pas être déclassée dans la hiérarchie de l'organisation intercommunale de la France quand Nantes sûrement et Rennes peut-être se voient promettre le statut de métropoles. Qu'est devenue la solidarité bretonne dans cette course à l'échalote?

Nous reconnaissons l’importance des fonctions métropolitaines qui, pour la plupart mais pas toutes, s’inscrivent dans les agglomérations les plus grandes. L’objectif de les développer, que nous partageons, n’implique pas pour autant de concentrer toujours davantage la population et les moyens financiers dans quelques « métropoles ». Dans un territoire périphérique et péninsulaire comme la Bretagne, les fonctions métropolitaines ne sont pas un enjeu local mais régional : c’est à l’échelle de la région qu’elles doivent s’organiser.

Nous, élu-e-s de communes bretonnes, demandons que le droit à la différenciation, que le Conseil régional de Bretagne a décidé d'inscrire au coeur de sa « contribution au débat national sur la décentralisation », votée le 21 mars 2013, permette d'inventer un avenir qui soit fidèle au principe de solidarité territoriale qui a guidé le redressement économique et le développement social et culturel de la Bretagne depuis plus d'un demi-siècle.


Pour cosigner cet appel, écrire à :

Association des élus progressistes de Bretagne

aepb@laposte.net ou via ce formulaire

Publié dans INFORMATIONS

Commenter cet article