Sao Breiz (Debout Bretagne) regroupe les Bretons des Forces françaises libres

Publié le par Rémi BEAUTO

Vendredi 18 Juin 2010

 

Il y a 70 ans tout juste, le Général De Gaulle lançait, depuis Londres, son Appel, resté le moment fondateur de la France Libre. Des Bretons ont été parmi les premiers à y répondre.

 

Ainsi titre Le Télégramme ce jour  

carte-bretagne-pays-fr---Loi-Voynet.jpg

Retour sur ce moment crucial de notre histoire.


Sao Breiz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sao Breiz (Debout Bretagne) regroupe les Bretons des Forces françaises libres présents auprès du Général de Gaulle à Londres.

L’article I.2c des statuts précise que le but est: «de soutenir de tout son pouvoir l’œuvre de libération de la France et de l’Empire, entreprise par les Forces Françaises Combattantes, sous la direction de leur chef, le général de Gaulle. »

L’article II.1 stipule, lui, que : « Seront membres actifs, toutes personnes de la France Combattante de père ou de mère breton, qui en feront la demande et seront agréées par le comité ».

Il fut fondé en août 1940, sous le nom de Fidel Armor, sous la présidence de Mme Thébault-Montgermont, puis changé en Sao Breiz fin 1942. Il sollicite l’aide des Bretons de Grande-Bretagne et du monde entier. Il reçut également l’aide de militants des mouvements interceltiques d’outre-Manche, avec notamment la création d’organisations comme The Friends of Brittany (les amis de la Bretagne) et le Breton Cornish Committee (Comité breton cornique).

Dans ses rangs, on compte plusieurs membres de l'Union Régionaliste Bretonne, du Gorsedd et de l'association Ar brezoneg er skol, fondé avant-guerre par Yann Fouéré.

 

Ainsi Maxime-Jacques de Cadenet, membre du dernier groupement, élabora avec quelques camarades, un projet de statut accordant un certain nombre de libertés politiques à la Bretagne au moment de la signature de la paix, qui fut présenté au général de Gaulle. Selon Yann Fouéré, ce plan aurait été assez proche, en esprit, de celui que le Comité consultatif de Bretagne se proposait de soumettre en 1943 au maréchal Pétain.


Ces deux plans furent sans suite.


Sao Breiz est également le nom de la revue mensuelle de ce groupe.


Un monument à la mémoire des membres de Sao Breiz est dressé sur un îlot au large de Plougasnou (Finistère). Il a été inauguré en 1955. Il comporte 288 noms de morts ou de disparus.


 

Qu'en est il aujourd'hui ?


La Bretagne en est toujours à quémander,

 

à ramasser les miettes


qui tombent de la table de notre "bon" maître ...


Publié dans INFORMATIONS

Commenter cet article

silvan 11/07/2010 09:55


Une loi de 1935 légalise pourtant la rédaction de chèques en breton .Ci-joint un lien de l'office de la langue bretonne:
http://www.google.com/url?sa=t&source=web&cd=1&ved=0CBYQFjAA&url=http%3A%2F%2Fwww.ofis-bzh.org%2Fupload%2Ftravail_paragraphe%2Ffichier%2F183fichier.pdf&ei=N3c5TPOHGdOBONrlwIoK&usg=AFQjCNGctdTYA5F2wtRdqGDTBLjvEz1B9Q&sig2=uMyNGAtNgE_95tGxvwiU1w